Tag Archives: olive lembe

(Photos) Olive Kabila célèbre Son Anniversaire avec sa Belle-mère Sifa et ses Deux enfants à Goma

Published by:

OLI17

Rappelons que Marie Olive Lembe est née le 29 juillet 1976 à Kailo dans la province du Maniema. Elle est la fille Barnabé Sita Kinsumbu, originaire du Bas-Congo, et Léonie Kasembe Okomba du Maniema.

C’est ce mercredi 29 juillet 2015 que l’épouse du Chef de l’Etat congolais Olive Lembe Kabila souffle sur ses 39 bougies.  Plusieurs personnalités hétérogènes en provenance de Kinshasa sont arrivées à Goma depuis mardi 28 juillet par l’aéroport international de Goma, pour prendre part à une commémoration afférente à cet heureux anniversaire.

Dans la foulée, l’on a pu constater la présence de l’épouse du Premier ministre Augustin Matata Ponyo, saluée au pied de l’avion par le couple du Gouverneur Julien Paluku avec à ses cotés le Maire de Goma, Naasson Kubuya Ndoole.

Des sources protocolaires indiquent que l’objet de cette arrivée est lié à la commémoration du 39ème anniversaire de la première dame du pays qui séjourne  à Goma depuis le week-end dernier.

Il a été également observé la présence du ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et Initiation à la nouvelle citoyenneté, Dr Maker Famba. Ce dernier se fait accueillir au bas de la passerelle par Mme Adèle Bazizane, ministre provinciale de l’Education.

 

OLI OLI2 OLI3

OLI4 OLI5 OLI6 OLI8

OLI9 OLI10 OLI11 OLI12 OLI13 OLI14

OLI15 OLI16 OLI17

Différents artistes ont aussi foulé le sol de Goma, entre autre Athoms du Groupe Gaël, Frère Patrice Ngoyi Musoko de Mon âme Loue l’Eternel. Les artistes comédiens Say Say et Muyombe Gauche sont aussi au rendez-vous, pour agrémenter la fête laquelle sans nul doute pourrait connaître la modération du journaliste de la Rtnc Luchima Ndjate.

Rappelons que Mme Marie Olive Lembe est née le 29 juillet 1976 à Kailo dans la province du Maniema. Elle est la fille Barnabé Sita Kinsumbu, originaire du Bas-Congo, et Léonie Kasembe Okomba du Maniema.

Son père, Sita Kinsumbu, est de la tribu Yombe et sa mère Kasembe Okomba est des Anamongo. Sita Kinsumbu est ingénieur de mines d’or au centre minier de Kalima au Kivu et à Sirima à Kinzau-Mvuete.

Il meurt dans les années 1984. Sa mère épouse alors Camille Adam, un Belge et collègue de Sita Kinsumba à la Sakima (Société des mines du Kivu et du Maniéma), qui adopte légalement ses enfants.

De 1982 à 1987, Olive Lembe fait ses études primaires à l’école Mushindi et de 1987 à 1992 ses études secondaires à l’institut Maendeleo de Goma.

La mère et les fils Jean-Paul et Thierry partent pour la Belgique avec Adam. Olive, elle reste au pays, ayant terminé ses études à Goma, pour continuer son commerce de produits agricoles du Kivu.

Elle rencontre Joseph Kabila quand celui-ci est commandant des forces terrestres.

En 2001, elle a donné naissance à une fille, Sifa Kabila, qui porte le prénom de la mère du président Kabila, Sifa Mahanya.

Le 1er juin 2006, après de nombreuses rumeurs de mariage alimentées par l’archevêque catholique de Kinshasa, le cardinal Frédéric Etsou-Nzabi-Bamungwabi, le chef de la Maison civile, l’ambassadeur Théo Mugalu a officiellement annoncé le mariage de mademoiselle Lembe di Sita et du Président Joseph Kabila.

Le mariage a eu lieu le 17 juin 2006 à la résidence présidentielle de La Gombe, à Kinshasa. Comme le président Kabila est protestant et son épouse catholique, la cérémonie de mariage a eu un certain caractère œcuménique, avec la présence du cardinal Etsou, et de Monseigneur Pierre Marini Bodho – évêque et président de l’Église du Christ au Congo, qui regroupe la plupart des dénominations protestantes du pays. C’était pourtant le cardinal Etsou qui avait le rôle principal.

Le 18 septembre 2008, elle a donné naissance à un fils, nommé Laurent-Désiré Kabila à la clinique Ngaliema.

Source : Célestin Lutete/MMC/ACP

 

(Photos) Olive Kabila célèbre son 40e Anniversaire avec sa Belle-mère Sifa et ses Deux enfants à Goma

kabila olive

 

ka1 ka2 ka4

ka5

ka6 ka7 ka8

ka9 ka10

 

Orphelins adoptés : laissons-les partir : ‘‘Vivre en famille’’ s’en remet à Maman Olive Lembe Kabila !

 

Abandonnés une première fois dans les orphelinats, les enfants congolais, à qui la justice congolaise avait pourtant trouvé un père, une mère et un nouveau cadre familial à l’étranger, se sentent, aujourd’hui, et donc une seconde fois, abandonnés. Interdits de voyager, dix d’entre eux, auraient trouvé la mort, à Kinshasa, loin de leurs parents. Ecœurant, ces pauvres enfants qui n’avaient pas 4 ans, meurent sans avoir connu le bonheur familial. Les autres continuent à résister, tristement, dans une angoisse terrible de subir le même sort. Et pourtant, des liens bien réels se sont tissés. Certains ont appris le français pour être prêts à aller en France chez papa et maman. D’autres encore écrivent à leurs parents et leur envoient des dessins, mais tous perdent espoir et grandissent, toujours privés de famille. Les familles françaises sont également fragilisées par ces mois d’attente et par la perspective d’accueillir un enfant plus grand qu’elles n’imaginaient au départ. Les larmes, comme on peut bien le comprendre, sont de chaque côté.

Rappel des faits

Le 23 septembre 2013, le Gouvernement congolais suspend les autorisations de sortie à l’encontre des enfants congolais adoptés par des étrangers. Raison avancée, la nécessité de réorganiser les choses.

Juin 2015, la Commission interministérielle, mise en place deux mois plus tôt, confirme la validité de plusieurs jugements d’adoption. Seulement voilà, aucun enfant n’a pu rejoindre sa famille d’adoption.

Cri de cœur de ‘‘Vivre en famille’’

Partageant la douleur de ces enfants en attente dans les orphelinats congolais, ‘‘Vivre en famille’’, un organisme français autorisé à l’adoption et Organisme de Solidarité International, qui intervient en RDC depuis 2004, aurait saisi, à en croire nos fins limiers, la Première Dame de la République Démocratique du Congo, Maman Olive  Lembe  Kabila.

Porte-parole des parents de ces enfants, ‘‘Vivre en famille’’, dans toute son impuissance,  en appelle au cœur de femme de l’épouse du Raïs qui, comme tout le monde à eu à le constater, aime les enfants. Lors des manifestations publiques, voire dans ses nombreuses visites surprises dans des quartiers pauvres, elle ne s’est jamais gênée de prendre dans ses bras des enfants.

Un point de presse en vue

‘‘Vivre en famille’’, apprend-on, tiendrait bientôt, début août 2015, un point de presse. Non pas pour engager un bras de fer avec quiconque, mais pour donner la visibilité de la quête de l’intérêt de l’enfant dans tous les dossiers valides, mais encore bloqués. Il sera aussi question, soutient-on, de faire adhérer les journalistes, puis la population, à la nécessité impérieuse de laisser immédiatement partir les enfants dont les jugements ont été régulièrement prononcés.

Ce point de presse sera animé par Jules Kidinda, présentateur et éditeur des émissions à succès de la télévision congolaise, qui est considéré par les familles adoptives, par ses compatriotes et par les autorités congolaises comme le porte-parole des enfants orphelins et vulnérables, ainsi que de leurs parents adoptifs.

Kidinda Jules dont la page facebook est visitée par plus de 25.000 familles, éparpillées dans les pays concernés par l’adoption en RDC, ne sera pas seul au front. Il y aura, également, un juge pour enfants et des représentants des organismes d’adoption des pays étrangers intervenants en RDC. Deux reportages sur le bonheur des enfants adoptés, mais également l’angoisse des familles en attente de leurs enfants seront projetés. Dans la salle, qui reste à déterminer, il y aura, aussi, des enfants vivants en orphelinats qui seront positionnés au premier rang.

A qui profite l’adoption ?

C’est  pour le plus grand profit des enfants qui, sans famille ou sans parents qui leur donnent attention, ont besoin d’affection autant que d’air et de pain. La recherche de l’intérêt de l’enfant est l’âme de l’adoption, affirme-t-on à ‘‘Vivre en famille’’. Qui plus est, ajoute que, lorsque le bonheur de l’enfant rend heureux ses parents adoptifs, tout est pour le mieux.