Scène de jalousie : Deux hommes se battent à cause d’une femme

Uncategorized

 

 

 

fight

Deux hommes se sont battus à cause d’une femme mariée. Il s’est agi du mari de cette femme et d’un garçon qui harcèle la pauvre dame depuis un bon bout de temps.

La triste histoire se passe dans la commune de Ngaliema. Un garçon, répondant au nom de Mbuyi et habitant l’avenue Futi, a pris la mauvaise habitude de courir avec des femmes mariées.

Ayant remarqué l’absence du mari  de cette femme, Mbuyi ce coureur des jupons invétéré  s’est mis à chercher, par tous les moyens entrer en contact avec cette femme. Il a ainsi tenté d’avoir le numéro de téléphone de cette femme, en se renseignant auprès d’une cabine téléphonique où la femme à l’habitude d’y faire flasher des unités.

Les démarches vont finalement aboutir : il obtient le numéro de téléphone de la femme. A partir de ce moment, Mbuyi va se mettre à harceler la femme de Michel Mbuyi en l’appelant régulièrement au téléphone, de jour comme de nuit.

La femme va opposer une résistance farouche aux sollicitations du libidineux Mbuyi jusqu’au retour de Michel qui revenait d’un voyage au Bandundu.

La femme va raconter toute l’histoire de harcèlement dont elle était victime de la part de Mbuyi. Elle donne le numéro  de téléphone de ce donjuan, ainsi que tous les appels reçus de lui après deux jours.

Un jour, le couple rencontre Mbuyi et lui demande des explications sur son  comportement vis-à-vis de la femme. Mbuyi n’a d’autres explications que la colère. Il va se mettre à agresser le mari de la femme convoitée jusqu’à le blesser à la tête. Très fâché et à bout d’arguments, Mbuyi ira jusqu’à proférer des injures à l’endroit de la femme.

Quoique blessé, Michel va chercher à arrêter Mbuyi qui est à son énième  cas de ce genre. La femme va tenter de maîtriser son  mari en lui adressant des paroles  d’apaisement.

Les habitants de ce quartier ont décidé d’arrêter Mbuyi, estimant que ses actes ou comportement devant les femmes mariées ne sont pas acceptables. Affaire à suivre

Clarisse Akonga/

Stagiaire UPN

Leave a Reply