RDC: le Ministre du Budget Pierre Kangudia Refuse de démissionner, quitte l’UNC de Vital kamerhe et Crée son Parti l’UNCO…

Uncategorized

 

 

 

Le ministre d’état au budget refuse de quitter le gouvernement comme l’y enjoint son parti UNC.

Le ministre d’Etat en charge du Budget a été retiré par sa formation poltique, l’Union pour la nation congolaise (UNC), qui justifie cette décision par le retard accumulé par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pour organiser les élections dans les délais.

Le ministre d’état au budget refuse de quitter le gouvernement comme l’y enjoint son parti UNC.

Pierre Kangudia annonce qu’il démissionne par contre du parti de Vital Kamerhe.

« Comment justifier mon seul retrait des institutions tout en laissant l’autre membre de l’UNC à la CENI », s’interroge Pierre Kangudia en ce moment même en conférence de presse (Photo).
Le ministre d’état, qui dit n’avoir « jamais été candidat au gouvernement » revendique sa loyauté envers son (ancien) parti et « ne comprend pas l’actuel achàrnement sur sa personne ».
Et dément l’information annonçant qu’il est sur le point de créer un autre parti, comme l’affirment depuis lundi soit certains membres de l’UNC.
« Je mets quiconque au défi de démontrer que j’ai mené certaines démarches pour créer mon parti politique ». 
Pierre Kangudia accuse certaines personnes, sans les nommer, de vouloir par cette démission, tirer les ficelles d’une démarche aux contours fallacieux.
« Je refuse de satisfaire les intérêts égoïstes personnels de certaines personnes de créer inutilement une crise au sein du gouvernement », déclare le ministre d’état.
L’UNC a annoncé lundi retirer son délégué du gouvernement au motif que les élections présidentielles ne seront pas organisées cette année conformément à l’accord de la Saint-Sylvestre.

Le parti que dirige Vital Kamhere avait accepté de partciper au gouvernement issu de l’Accord de la Saint-Sylvestre pour contribuer à l’organisation des élections générales avant fin 2017. Suite au report de ces consultations par la Céni, l’UNC estime que sa présence dans l’équipe de Tshibala ne s’explique plus. C’est ainsi qu’à l’issue d’une réunion du bureau politique de l’UNC tenue le 23 octobre pour évaluer le niveau de l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, le président national, Vital Kamerhe, a décidé de retirer le membre de son parti du gouvernement Tshibala. Pierre Kangudia Mbayi, qui aurait été consulté, est donc appelé à tirer toutes les conséquences de cette décision de la haute direction de son parti dont il fait partie.

Dans les motivations de cette décision de sa formation politique, Vital Kamerhe, qui a signé la déclaration officielle de l’UNC y afférente, a commencé par justifier la participation de son parti au gouvernement conduit pas Bruno Tshibala. À l’en croire, en s’embarquant dans ce bateau, l’UNC voulait ainsi contribuer à l’organisation des élections selon l’Accord de la Saint-Sylvestre. Mais, face au retard accumulé par rapport à cet objectif, l’UNC pense qu’il était judicieux de quitter cette barque, avant qu’elle ne chavire.

Pour cette formation politique, en effet, étant donné qu’à ce jour la Céni n’a pas encore publié le calendrier électoral conformément à cet accord, ce retard relevé et la certitude de la non-organisation des élections à la date échue, donc au 31 décembre 2017, l’amène à se désolidariser de Bruno Tshibala et de toute son équipe.

La décision difficile de Pierre Kangudia

Vital Kamhere indique que cette décision avait été prise après concertation avec Pierre Kangudia, le ministre chargé du Budget du gouvernement Tshibala. Mais beaucoup pensent que le gros reste encore à faire pour ce ministre, qui a siégé pendant près de cinq mois au gouvernement. Il lui appartient, en effet, de prendre son courage et de démissionner du gouvernement, selon la procédure. Car la décision de son parti ne peut avoir d’effet que si lui-même signifie son départ volontaire de l’équipe.

Nombreux sont ceux qui craignent déjà le dédoublement de l’UNC, comme le pays l’a vécu avec d’autres formations politiques. On a vu, en effet, d’autres membres des équipes gouvernementales quitter leurs partis et en créer des ailes dissidentes, juste pour se maintenir au gouvernement. Malheureusement pour eux, loin de devenir forts, ils se sont affaiblis jusqu’à perdre le peu d’aura qu’ils avaient à leur nomination ou pendant qu’ils étaient encore membres de leurs « partis d’origine » À ce jour, si Pierre Kangudia est devant un dilemme, l’UNC, elle, est à la croisée des chemins car de la décision de son ministre dépend également son entrée ou non dans la liste de partis scindés ou dédoublés. Deux mois avant la date butoir, l’équipe Tshibala, elle, est amputée d’un des membres qui lui donnaient une certaine contenance. Le danger donc guette.

Leave a Reply