Les anciens » Kadogo » négocient leur entrée au prochain gouvernement

Uncategorized

 

 

 

L’annonce de la formation de l’exécutif national attendue, sauf changement de dernière minute, pour ce dimanche

kabila-kadogo

 

Des sources crédibles proches de la Majorité Présidentielle (MP) ont indiqué hier jeudi que sauf changement de dernière minute, le gouvernement d’union nationale de transition (GUNT) issu du dialogue du camp Tshatshi est pour ce dimanche 13 novembre.

Selon les mêmes sources, qui annoncent cette nouvelle avec toutes les réserves d’usage, des membres d’anciens groupes armés et les éternels oubliés  » Kadogo « , devenus majeurs aujourd’hui, pourraient y faire leur entrée.

Enfin, toujours d’après les mêmes sources, qui précisent par ailleurs que les consultations sélectives menées en hauts lieux pour distribuer les portefeuilles ministériels au sein de cette nouvelle équipe de l’exécutif tiendraient largement compte des causes proches et lointaines des guerres à répétition survenues en RDC dans un passé encore récent, notamment à l’Est.

C’est ainsi que pour faire taire les clairons embouchés par les uns et les autres pour dénoncer le retard pris dans la reconnaissance de mérites de contributaires à l’établissement d’une véritable paix dans cette partie névralgique du pays ; les décideurs qui s’affairent à présenter une architecture gouvernementale dite d’  » équilibre stable « , auraient fait appel aux partis politiques issus des ex-groupes armés signataires des Accords de paix de Sun City  en 2002 et de Goma en 2009, rassemblés au sein de la plate-forme politique dénommé  » La national Front des Patriotes (NFP).

La question fondamentale

On croit savoir que le fait innovant dans ce nouveau partage du  » gâteau « national est à trouver dans l’irruption sur la scène politique du pays des  » Kadogo  » devenus majeurs aujourd’hui.

Très remarqués par leur turbulence juvénile, au cours de la longue marche pédestre ayant conduit le président Laurent Désiré Kabila au pouvoir à Kinshasa, ces infatigables combattants devenus majeurs mènent une vie misérable aujourd’hui, s’ils ne sont pas morts au cours de leur éprouvant périple et enterrés sans fleurs ni couronnes, mais aussi et surtout plus grave, sans la moindre décoration à titre posthume pour leurs bravoure militaire et pour leurs mérites civiques.

Le gouvernement d’union nationale de transition (GUNT) actuellement en gestation entrera en fonction après son baptême rituel à l’Assemblée nationale dominée par la MP.

On prétend que cette nouvelle équipe de l’exécutif placée sous l’autorité d’un premier ministre issu de l’opposition au dialogue aura des pouvoirs accrus pour mener à bien le gramme d’action qui lui est assigné.

La question fondamentale qui se pose c’est l’acceptation de ce gouvernement par les états tiers qui continuent à exiger la tenue d’un dialogue politique véritablement inclusif et par le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement qui conteste, à juste titres, la source de sa légitimité, à savoir l’Accord Politique du camp Tshatshi.

Par Bamporiki Chamira

Leave a Reply