Kasumbalesa: le Gouvernement Construit un Mur de 6.000 mètres entre la Zambie et la RDC pour…

Uncategorized

 

 

 

Afin de mettre un terme à la fraude et la contrebande qui ont élu domicile depuis de longues années dans les postes frontaliers, un mur de 6000 m est en train d’être érigé à Kasumbalesa, au Haut-Katanga.

Après avoir  assisté au Forum sur l’investissement et le commerce tenu, jeudi 9 novembre à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga, le ministre d’État, ministre de l’Économie nationale, Joseph Kapika, a effectué, le lendemain, une visite d’inspection à Kasumbalesa, à la frontière avec la Zambie.

Ce poste frontalier entre la République démocratique du Congo et la République sœur de la Zambie est un point de passage des produits de première nécessité. Et donc, une attention particulière mérite d’y être accordée dans le cadre des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la fraude et la contrebande qui ruine la mobilisation des ressources internes dans le pays.

« C’est une visite de surveillance, pour voir si toutes les mesures que nous avons prises pour endiguer la fraude à travers tout le pays sont en train d’être appliquées. Je suis satisfait de constater que les recettes de l’Etat commence à monter petit-à-petit », a avoué M. Kapika.

Une lutte commune

Ainsi donc, sur recommandation du président de la République, il a été constaté sur le terrain, lors de cette visite, que la RDC est en train de construire un mur de 6000 mètres pour mettre un terme au fameux phénomène dit « bilanga » (champ). Opération consistant à faire entrer clandestinement les produits par la brousse, en évitant le circuit officiel du poste frontalier de Kasumbalesa, dans la province du Haut-Katanga.

« Je me réjouis de la construction de cette clôture qui va certainement nous aider dans la lutte contre la fraude … il y a des gens qui hésitent, mais je leur dis que cette clôture se fait sur la volonté propre du chef de l’État », a renchéri le ministre d’État. Il a promu de d’apporter une solution, en échangeant avec son collègue des Finances, à la prime de ceux qui produisent des recettes sur le terrain.

Cette visite au poste frontalier de Kasumbalesa est la troisième du ministre de l’Économie en l’espace du 5 mois. Au mois de juin, Joseph Kapika était venu palper du doigt la triste réalité d’évasion des ressources perpétrée dans ce coin du pays, parfois avec la complicité de certains agents de l’État.

« Si nous arrivons à endiguer la fraude, je crois que les recettes de l’Etat vont augmenter, nous allons petit à petit stabiliser la situation économique et tout le monde va y trouver son compte, plutôt que ça soit des individus qui se remplissent les poches, construisent des immeubles, laissant tout un peuple affamé, au risque d’une explosion populaire », avait-il déclaré lors de sa précédente visite.

À cette même occasion, le ministre d’État Kapika avait reconnu que c’était plus un problème de volonté. « Le jour où nous, hommes politiques de tous bords, décidons de mettre fin à la fraude, nous allons y mettre fin. Je dois vous dire, que ce combat préoccupe beaucoup le chef de l’État qui voit que la situation se dégrade alors qu’il fallait prendre certaines mesures », avait indiqué le ministre de l’Économie nationale.

À l’issue de sa visite sur le terrain, Joseph Kapika a promis de tout réglementer et de mettre véritablement de l’ordre au sein de nos postes frontaliers. Non seulement à Kasumbalesa, mais aussi à Lufu, Ango-Ango, Kalemi, Bunia et ailleurs.

La province du Haut-Katanga est le deuxième poumon économique du pays après la ville-province de Kinshasa. Eradiquer la fraude et contrebande au poste frontalier de Kasumbalesa aiderait énormément le gouvernement à renflouer son assiette en ce temps de crise.

Leave a Reply