Inde-émouvant: Défigurée et aveuglée à l’acide, elle trouve l’amour à l’hôpital

Uncategorized

 

 

 

Une indienne qui a souffert de terribles brûlures au visage et a perdu la vue quand elle a été trempée d’acide par un admirateur indélicat, a révélé comment elle a trouvé l’amour de sa vie dans son lit d’hôpital.

Pramodini Roul n’avait que 15 ans quand un soldat paramilitaire à vélo lui a jeté de l’acide sur le visage parce qu’elle avait rejeté sa proposition de mariage, ce qui l’a laissée avec des brûlures faciales et une cécité des deux yeux.

La survivante, maintenant âgée de 25 ans, dont sa famille appelle affectueusement Rani – ou reine – était encore au lycée et rentrait chez elle après avoir passé un examen avec son cousin quand l’homme de 28 ans lui a jeté le liquide corrosif au visage.

Dans les années qui ont suivi, Rani a été hospitalisée et a subi diverses interventions chirurgicales. Elle a aussi connu des traitements pour les problèmes de santé qui l’ont tourmentée à la suite de son épreuve, dont une infection aux jambes en 2014.

C’est alors que Rani a rencontré Saroj Kumar Sahoo, qui était un ami de son infirmière – et maintenant le couple a l’intention de se marier.

Rani a passé quatre mois aux soins intensifs après l’incident et a ensuite passé quatre ans au lit chez elle à Odisha, dans l’est de l’Inde, tandis que sa mère, veuve, prenait soin d’elle seule, pansant ses blessures.

Après avoir souffert pendant près d’une décennie, subi cinq chirurgies reconstructrices, dont une pour rétablir une vision dans l’œil gauche et lutter contre la dépression, Rani dit qu’elle a finalement trouvé une raison de vivre à nouveau – son petit ami Saroj Kumar Sahoo.

Les deux se sont rencontrés pendant que Rani était à l’hôpital et vivent ensemble depuis un an à New Delhi. Ils envisagent maintenant de se marier.

Rani et Saroj se sont rencontrés en mars 2014 dans un hôpital privé où elle a été admise pour le traitement de l’infection de pus qui lui avait ravagé les jambes.

Saroj était un ami de l’infirmière qui s’occupait de Rani et était en visite régulière quand il vit la mère de Rani pleurer désespérément.

L’athlète de 26 ans a commencé à visiter Rani tous les jours pour remonter son moral. Il a finalement quitté son travail et a passé huit heures par jour pour s’occuper de Rani…La suite de cet article sur Afrikmag

Leave a Reply